Dans l'extraordinaire aventure de Citroën aux USA, il y a un aspect assez peu connu en France, c'est la présence des garages "multi-marques". Aux états-unis, il était très courant de rencontrer des garages proposant plusieurs marques de véhicules, surtout pour les marques étrangères. En France, cela était rarissime, même de nos jours il n'y en a pas beaucoup ! Lorsque Citroën s'installe au USA dans les années cinquante, elle choisi de former des volontaires et de les nommer "dealer officiel*" après avoir réussi toutes les étapes nécessaires pour être un bon "dealer Citroën". Citroën USA n'hésitait pas à faire de la publicité pour trouver ses futurs colaborateurs. La marque intéressait beaucoup de monde, provenant du milieu de l'automobile professionnel, souvent déjà propriétaire de garages "multi-pmarques". Bien qu'étant très compétents, Citroën voyait d'un mauvais œil l'idée de co-exister avec d'autres marques, elle refusait par conséquence d'autoriser les demandeurs de mettre le panneau officiel "citroën".
* vendeur Citroën

Panneau officiel d'un dealer Citroën "exclusif". Néanmoins, très pragmatique, Citroën USA diffusait la liste de tous les dealers vendant des Citroën, les "exclusifs" et les "multi-marques" !
..
Partons maintenant dans l'état de Washington dans le nord ouest du pays (rien à voir avec la capitale), pour suivre l'histoire de Citroën à Seattle.
Citrowagon remercie particulièrement Chris Dubuque, l'auteur d'une grande partie de cet article.
..
Suite à la disparition prématurée de French Cars Inc. à Broadway en 1958, un concessionnaire est apparu à Renton, état de Washington.  Le concessionnaire s'appelait Economy Car Imports et était situé au 124 Rainier Avenue, à environ un pâté de maisons au sud de Airport Way. Cet emplacement était placé près de  l'usine  Boeing de Renton ( le Boeing 707 était le nouvel avion du moment!).

Ce garage existe toujours ! Il a changé de nom, mais ne vend plus des Citroën.
..
Ce garage a été créé le 15 aout 1961 par Jerry Fleming et Richard Wald. Auparavant, ils avaient une concession Citroën à Portland en Oregon qui n'a pas eu de succès ! Citroën n'ayant plus de représentants de la marque dans l'état de Washington depuis la disparition de French Cars Inc, ils furent donc "dealer Citroën" officiel pour le millésime 62. La carte postale date de cette période, ils pouvaient aussi effectuer des opérations "Oveseas delivery plan" et représentaient aussi la maison Michelin pour les pneus. Notez la présence sur la photo du mannequin Milanou Bardot, était elle aussi célèbre que sa grande sœur au USA ?
.
Un examen des dossiers du registre du commerce de Seattle a révélé que l'entreprise appartenait à Jerry Fleming et à Richard Wald et qu'elle a été créé le 15 août 1961. L'édition 1962 de la liste officielle des dealers Citroën citait "Economy Car Imports" comme seule concession Citroën autorisée dans l'État de Washington.
Cela avait laissé un "trou" de plusieurs années dans les ventes des Citroën à Seattle après la disparition de French Cars Inc. à Broadway (entre 1958 et 1961). Flemming et Wald avaient, sans succès, exploité une concession Citroën (utilisant le même nom d'entreprise) quelques années plus tôt à Portland, en Oregon. Il semble qu'ils eurent plus de succès cette fois-ci, la concession devait être assez active pour justifier son inclusion dans la liste des dealers de l'usine pour 1962. N'oublions pas que chaque point de vente Citroën devait, par contrat, vendre un minimum de voitures chaque année.
.
À la fin de 1962, Economy Car Imports a perdu sa franchise Citroën ! N'avaient'ils pas vendus assez de Citroën ?
..
.
 Deux amis, motivés et enthousiastes, nommés Paul Jolley et Chuck McConnell, décident de créer leur garage..
De nombreux courriers échangés entre Jolley, Chuck McConnell et Citroën aboutiront à la création d'"Automobiles Internationale".
 
Chuck McConnell possède encore ces correspondances entre Citroën, Paul Jolley et lui. Ayant eu l'intention de ne pas vendre uniquement que des Citroën,  Citroën a refusé de laisser Jolley et McConnell utiliser le mot «Citroën» dans le nom de leur concession (il a été déclaré que c'était la «politique» de Citroën). D'où il a été décidé d'appeler l'entreprise "Automobiles Internationale".

Début janvier 1963, "Automobiles Internationale" ouvrit ses portes près de l'angle de la rue SW Alaska et de Fauntleroy Way SW à West Seattle. Le site original était un bâtiment plutôt modeste situé au 4603 - 37th Ave SW. Le bâtiment est toujours là aujourd'hui, et ironiquement, est un atelier de réparation automobiles "étrangères".
.

Dans le numéro 77 du "California Citroën Car Club" (CCC), daté de mai 1963, Roger Sagner, de Portland, Oregon, a fait une déclaration de félicitations à Paul et Chuck pour avoir lancé leur nouvelle concession. Roger Sagner possédait aussi une concession Citroën, à Portland, c'est lui qui a donné l'idée à Paul et Chuck de créer une concession Citroën. Voici un extrait de cet article:
"J'adresse mes félicitations à Paul Jolley et à Chuck McConnell, et je suis très heureux que les passionnés de l'automobile se soient emparés des gens comme vous, et je n'oublierai jamais le visage de Paul quand je lui ai proposé de créer un "palais" Citroën à Seattle: Je ne plaisantais pas et, à mon grand étonnement, il en était de même pour Paul qui disait: «Rien ne pourrait plus me plaire".
Pour info, voici une liste des prix pratiqués par "Automobiles Internationale" pour la gamme Citroën en 1963:
2CV 1295 $, 1355 $ livrée. AMI6 1695 $, 1755 $ livrée. ID19 3245 $, 3320 $ livrée. ID19 station-wagon 3475 $, 3550 $ livrée. DS19 3645 $, 3720 $ livrée. Cabriolet DS19  5595 $, 5685 $ livrée.
.

Seattle, le "salon international de la voiture importée" de 1963.

Plusieurs DS ont été présentées par Automobiles Internationale au "Seattle Import Auto Show" de 1963, qui s'est tenu au Seattle Center Exhibition Hall. Le hall d'exposition, ainsi que la plupart des bâtiments du complexe du centre de Seattle, avaient été récemment construits pour l'exposition universelle de 1962. Ce salon automobile a été présenté comme le «premier salon international de l'automobile importée de Seattle» et comprenait les voitures de 27 marques et plus de 100 modèles exposés. Le salon était sponsorisé par l'Import Car Distributors Association, et était dirigé par un homme nommé "Kjell Qvale" qui était à la tête de British Motor Car Distributors, Ltd. Le stand Citroën, monté par McConnell et Jolley, était située à côté de Fiat et de Volvo . Les pneus Michelin avaient également un stand sur ce salon, et un distributeur Michelin local (Standard Service Tire) a fièrement affiché une publicité exploitant la teneur "internationale" de l'événement.
.


.Le Seattle Import Auto Show de 1963 a été un succès pour "Automobiles Internationale". On découvre encore aujourd'hui de nombreuses photos de ce salon. Debout à droite de la photo de la DS démontée se trouve Chuck McConnell.
.
"Automobiles Internationale", sous la direction de Paul et Chuck, a rapidement acquis une bonne réputation auprès des propriétaires de Citroën. Dans le CCC de novembre 1963, David Middleton, un propriétaire de DS, manifestement satisfait, a écrit:
«Après avoir lu les problèmes d'entretiens et de réparations dans certaines régions dans vos derniers numéros, je ne peux que conseiller à ces malheureux d'émigrer dans la région de Seattle et de laisser leurs véhicules malades à "Automobiles Internationale" de Jolley-McConnell. Paul et Chuck étaient des propriétaires de Citroën bien avant d'être des revendeurs, et après avoir subi les malheurs familiers aux mains d'agents sans scrupules, ils sont déterminés à ce que leurs clients obtiennent un service après-vente équitable. "
Malheureusement, seulement environ un an après son ouverture, Chuck McConnell s'est retiré de l'entreprise. Sa décision de partir était largement due à des divergences d'opinion avec Paul sur l'orientation future de la société. Paul voulait grandiose et Chuck pensait qu'il était préférable de garder les affaires simples avec des frais généraux bas. Rétrospectivement, Chuck avait probablement raison. Il a quitté "Automobiles Internationale" et a poursuivi sa carrière en tant qu'ingénieur chez Boeing.
.
Au début de 1964, Paul Jolley, maintenant seul, a pris la décision de déplacer "Automobiles Internationale" dans un nouvel endroit beaucoup plus grand, juste au coin de la rue. Le deuxième bâtiment, situé au 3801 Alaska Way SW, ressemble à un "bon" concessionnaire avec une grande salle d'exposition, d'immenses baies vitrées et plusieurs grandes portes de service. Le CCC de juillet 1964 cite un journal de Seattle disant que les nouveaux batiments d'"Automobiles Internationales" étaient "luxueux" et très éloignés du "trou de 30 par 40 dans le mur" du premier emplacement. Comme on peut le voir sur cette photo, Jolley a ajouté le mot "Fiat" à Automobiles Internationales dans le nouveau bâtiment. Notez également une différence d'orthographe subtile dans le nom de l'entreprise qui a été incorporée par Jolley après la scission avec McConnell (un "s" a été ajouté à la fin de "Internationales").
Le séjour d'"Automobiles Internationales" dans ce bâtiment  était encore plus court que dans le premier bâtiment. "Automobiles Internationales" (avec un S) devait se déplacer de nouveau, cette fois-ci, de l'autre côté de la rue au 4550 de la 38ième rue.
 Pour ce deuxième bâtiment, par la suite, il y a eu plusieurs activités liées à l'automobile,
Huling Brothers Used Cars, Thrify Rental etc . . . Il s'en ait suivi un long moment de "déserrance" avant d'être à nouveau réhabilité par un marchand de pneus (2018).
.
Ce troisième emplacement n'était pas aussi beau que le "second" Automobiles Internationales. Néanmoins, les bâtiments des deuxième et troisième emplacements étaient beaucoup plus grands que le premier bâtiment et ont dû générer une énorme amélioration des conditions de travail et de revenus pour "Automobiles Internationales" ( ne mentionnons pas l'énorme augmentation des frais généraux!). Aujourd'hui (2018), le troisième emplacement n'existe plus.
En 1963 dans le petit bâtiment et en 1964 dans les deux plus grands bâtiments, "Automobiles Internationales" comptait jusqu'à 10 employés pour servir leurs clients; 5 mécaniciens, 2 à 3 vendeurs, un chef de service, etc. L'un des mécaniciens qui a passé quelques heures au premier emplacement d'"Automobiles Internationale" (sans S) s'appelait Romi Lucas. Romi avait terminé sa formation chez Citroën chez l'importateur de Beverly-hills à Los Angeles, et a été embauché par le co-fondateur Chuck McConnell pour effectuer le service et l'entretien des Citroën nouvellement vendues. Cependant, Romi Lucas et Paul Jolley ne s'entendaient pas et l'emploi de Romi chez "Automobiles Internationale" fut donc bref.
Ce troisième emplacement ne devait pas durer très longtemps non plus. Des "problèmes" de bail avec le bâtiment surgirent en 1964 et forcèrent la répétition de la situation qui s'était produite deux fois dans l'année et demi précédente. "Automobiles Internationales" devait à nouveau chercher un nouvel emplacement. Nous ne pouvons que deviner le ton des discussions qui ont dû avoir lieu entre Paul Jolley et les propriétaires de tous ces bâtiments!
.
Cette fois-ci, un emplacement «en ville» a été choisi au 1124 rue Pike. Cette zone autour de Pike Street et Broadway était très active dans le monde de l'automobile dans les années 50 et 60. Il est à noter que cette petite zone de Seattle (quelques pâtés de maisons carrées appelés Capitol Hill) était autrefois la maison des concessionnaires de nombreuses marques de voitures étrangères : Peugeot, Renault, Citroën, Fiat, Alfa Romeo, Ferrari, MG, Austin Healey, Triumph, Jaguar, Saab, Desoto, Jeep, Plymouth, Porsche, Studebaker, BMW et Mercedes .

Dans les années 1960, ce quartier était connu pour ses nombreux points de vente "automobiles", il était donc naturel pour Automobiles Internationales de s'y installer, comme pour leurs deuxième et troisième localisations. Des Fiat ont aussi été vendues dans ce quatrième emplacement, à côté des Citroën. C'est très difficile à voir, mais si vous regardez de près, vous pouvez voir la ligne de toit d'une berline DS dans le showroom dans la première photo. Jusqu'en 2011 (au moins), la partie "ateliers" de ce bâtiment était exploité par Volvo. Aujourd'hui, c'est un magasin de fournitures d'art.
.
L'emplacement de Pike Street d'"Automobiles Internationales" est resté en activité jusqu'en 1968. A la fin des années 60 des problèmes financiers ont conduit à la liquidation des affaires. Toutes les pièces, les outils, l'équipement et les documents ont été saisis et mis aux enchères par la banque . . . ou mis au rebut ! ! Romi Lucas et Chuck McConnell (déjà mentionnés plus haut) ont acheté une grande partie des restes du stock de pièces détachées et d'accessoires de la concession. À la suite de la liquidation de l'entreprise, on croit que très peu de documents originaux concernant l'entreprise existent. Je remercie Chuck McConnell, il a gracieusement fourni ce qui reste de ses documents pour cet article. Aujourd'hui, aucune donnée n'a été trouvée détaillant le nombre de Citroën finalement vendues par "Automobiles Internationales", mais il est sûr qu'un pourcentage substantiel des DS dans la région de Seattle dans les années 1960 ont été vendues par "Automobiles Internationales".
Chuck McConnell, vit maintenant dans la même maison de Seattle qu'il occupait à l'époque d'"Automobiles Internationale" et conduit toujours des Citroën. Actuellement, il a restauré une SM et possède également quelques DS.
Paul Jolley, l'autre fondateur d'Automobiles Internationale, a vécu pendant de nombreuses années dans une maison de Seattle juste en bas de la rue de Chuck McConnell. Il a malheureusement disparu, laissant derrière lui une CX fatiguée et une Traction Avant rouillée.
.
En 1968, un autre concessionnaire Citroën dans la région de Seattle s'est installé. Il s'agissait d "ABC Motors à Tacoma", à environ 40 miles au sud de Seattle. La première apparition d' "ABC Motors" dans l'annuaire de la ville de Tacoma remonte à 1966 quand une petite publicité est apparue. En 1969, "ABC Motors" présentait une publicité pleine page, avec pour devise «ABC Motors, Inc. - De belles voitures dans le monde entier».  ABC Motors vendait des voitures étrangères de France, d'Italie et d'Angleterre, ainsi qu'une marque locale (Studebaker).
Il a mis fin à ses activités (Citroën) en 1970 ou 1971.
.
A partir de 1969, un autre entrepreneur pris la "relève" de Citroën, il s'agissait des établissements "Kolar's". Voici une partie de son histoire, glanée sur le net, déjà diffusée sur les pages de citrowagon (novembre 2017).
"La décennie des années 1960 touchait à sa fin lorsque Kolar, une entreprise de Seattle déjà établie, prenait la marque "Citroën" pour suivre là où Automobiles Internationales avait cessé de fonctionner. Dès 1957, j'ai trouvé une publicité pour Kolar. Leur publicité se décrit comme «un service automobile complet», et montre leur adresse comme 1205 E. Pine. Comme indiqué précédemment, un petit quartier de Capital Hill a servi de domicile à de nombreux concessionnaires automobiles à travers l'histoire automobile de Seattle. Le bâtiment de Kolar sur Pine est en plein cœur de ce quartier, et était situé en diagonale à travers la rue d'un autre concessionnaire automobile français autrefois populaire; L.E. Belcourt. Au fil des ans, L.E. Belcourt a vendu de nombreuses marques, dont Studebaker, Desoto, Peugeot, Renault et BMW. ( . . . )
Retour à l'histoire de Kolar. Curieusement, après l'annonce de Kolar en 1957, je n'ai pas pu trouver d'autres annonces ou listes de l'annuaire de la ville pour Kolar pendant 14 autres années. Finalement, en 1971, les annuaires téléphoniques de Seattle ont de nouveau inscrit Kolar, avec cette fois la devise "Kolar's Precision Auto Repair", mais sans mention de Citroën!
L'absence du mot «Citroën» dans les publicités de Kolar était très étrange puisque dès 1971, Kolars était très actif dans les affaires de Citroën et de la marque "Jeep" !
Le bâtiment Kolar est un grand bâtiment un peu élégant, avec son entrée principale sur la 12ème Avenue. Au rez-de-chaussée se trouvait la salle d'exposition, mais il y avait aussi une grande pièce à l'étage où de nombreuses voitures neuves et d'occasion étaient garées. Au milieu et à la fin des années 1970, je me souviens avoir regardé en haut et vu régulièrement trois ou quatre Meharis, une SM ou deux, plusieurs DS et une 2CV occasionnelle mélangée avec un contingent de Jeeps. A plus d'une occasion, j'ai harcelé les vendeurs pour qu'ils me lâchent pour un essai routier dans une Mehari ou DS d'occasion à vendre (jamais pour en acheter une). Ce deuxième étage n'était accessible que par une rampe abrupte au large de Pine Street. À l'intérieur de l'étage principal se trouvait une autre rampe, celle-ci menant au sous-sol. Je me souviens de l'endroit où étaient stockées les pièces détachées au sous-sol.
.
Épilogue
Kolar a vendu des DS et des SM jusqu'à ce que Citroën cesse d'importer des voitures aux États-Unis en 1973. Kolar continue à fournir des pièces détachées et à réparer les Citroën jusqu'en 1979, la plupart du temps sous la direction de C.J. Cependant, à la fin des années 1970, l'occupation du bâtiment par Kolar à 1205 E. Pine touchait à sa fin. Kolar a vendu toutes ses pièces Citroën et déplacé son entreprise Jeep à Aurora Avenue dans le nord de Seattle. Cet auteur se souvient d'avoir acheté des boîtes remplies de pièces détachées Citroën neuves et d'occasion pour quelques dollar ! Au cours des dernières années, avant la mort d'Otto Kolar au début des années 80, Kolar vendait encore des Jeeps, mais aussi la marque "Concord" d'American Motors (AMC) et la Renault R5 (cette dernière étant le résultat de l'infâme Renault / AMC Alliance). Peu de temps après la mort d'Otto Kolar, Kolar a complètement fermé ses portes. Aujourd'hui, le bâtiment Kolar a été restauré  et est occupé par un magasin de meubles et une entreprise de signalisation . . ."
A gauche: Extrait de l'ultime listing des dealers Citroën aux USA (1973 ?). Kolar's ne vendait plus que des DS (du millésime 72) et des SM.
.
Ainsi s'achève l'histoire éphémère de Citroën dans l'état de Washington (USA).