.
ID 21 FH "confort" 1972 "export Canada"
.
Texte et photos de Steevie
(Correspondant permanent de Citrowagon au Canada).
.
Un break USA pas comme les autres.
J’ai croisé ce sympathique jeune homme tout à fait par hasard. Un jour je passe devant sa maison et je vois un break blanc tout à fait correct avec un gros chien couché dans le coffre… ouvert. J’arrête, on jase et depuis ce temps, au moins une fois par année, soit se rencontre soit on s’envoie un message.
Son amour des DS lui vient des Dinky toys qu’il avait quand il était jeune. À 22 ans il fait le saut et s’achète sa première DS. Depuis il en a eu au moins une bonne quinzaine et ne se souvient plus où elles ont toutes terminées leurs jours, mais la majorité à la casse car Claude en profite jusqu’au dernier soupçon de vie.
.
Celle-là il l’a achetée en 2012 d’un homme qui habite à 300 kilomètres de chez lui. Sylvain Lamoureux, l’homme en question amateur de motocyclettes, l’avait mise en vente sur un site semblable au bon coin : Kijiji. Il l’avait lui-même acquise d’André Ménard . Claude n’ayant peur de rien, même s’il ne connaissait pas l’auto, s’est entendu pour le prix, est monté et a pris la route pour retourner dans son St-Férréol-Les-Neiges au pied du Mont Sainte-Anne. La voiture s’est rendue sans aucun problème. Il a tout de suite voulu l’améliorer, alors le long processus de remise à l’ordre débutât. Il a commencé par trouver des sièges en cuir fauve et puis petit à petit l’idée lui est venue de refaire la peinture et tant qu’à y être, une restauration complète. 
.
Après un premier essai infructueux, et s’apercevant très bien que carrossier est vraiment un métier, il a décidé de préparer la carrosserie et envoyer peindre les pièces les unes après les autres! Eh oui! On dit que ça peut faire des mauvais raccords… essayez de voir s’il existe des différences de peinture, il n’y en a pas. Et si vous croyez en voir, ben c’est probablement un effet de lumière. Pour en être convaincu, Claude vous invitera à venir voir l’auto pendant qu’il sirotera tout doucement son café. Voici les photos identificatrices de ce modèle.
.
Rétroviseur droit avec sa tige spécifiquement plus longue que celle du conducteur. On voit ici avec ces 2 photos très bien la différence.
.
La galerie de toit (appelée ici « le rack-à-skis ») avec son caoutchouc antibruit encore en assez bon état. Claude dit que ça fonctionne vraiment car dans une de ses manipulations il avait déjà monté le support à l’inverse et il y avait des bruits de vent très dérangeant. L’antenne et le joint de toit acheté en neuf.
.
Pas de griffure. Le joint de pare-brise en gris.
CW: toutes les DS break exportées en Amérique du nord du millésime 60 à 72 avaient leur joint de pare-brise gris !
Notez le pare-brise feuilleté teinté vert, c'était une option facturée 36$ en 1972.
Les poignées plates des dernières années sont impeccables… c’est sûr, elles sont neuves! Notez l’ajustement de la porte, parfaitement à sa place.
.
Ici il y a bien une petite différence de teinte entre le contour de la vitre et le toit, mais la raison est simple : c’est le seul endroit qu’il reste à peindre. Toujours ces side-markers caractéristiques des modèles USA et en plus ils ont des ampoules. Comme toujours, le triangle appelé affectueusement « petit chat » n’est pas resté noir.
.
Quel beau chrome! Et ces cabochons qui sont « top notch ».
CW: désolé Steevie, mis à part les poignées, il n'y a pas de chrome sur une DS. Toutes les parties brillantes de cette photo sont en aluminium massif, polis, polis,polis, . . ..
.
Le pare-chocs rectiligne (1965-1975) trahi l’année de ce modèle : 1972. Le hayon provient d’un autre break car celui d’origine avec été traficoté ainsi que dans un état « négligeable » et Claude en voulait un vrai. Il est très perfectionniste car il a passé pratiquement une journée complète simplement pour ajuster le hayon. Étant donné qu’il est seul, alors il devait faire un ajustement par l’intérieur, ressortir pour vérifier, remonter pour réajuster, etc. etc. Il dit qu’il y a encore un petit poil de différence entre les 2 côtés (ce qu’on ne voit pas bien sûr!) mais qu’il s’en contente.
.
Des heures et des heures de plaisir à ajuster tout ça.
.
Les joints en gris. La petite différence de teinte « temporaire ». Un détail qui ne saute pas aux yeux immédiatement… Ne sortant pas l’hiver, notre amateur Citroën a préféré ne pas brancher le dégivreur arrière.
.
Même raison pour le chauffage arrière où il devrait y avoir un ventilateur ici à droite sous le coffre à gants.
CW: en fait le chauffage est devant, sous la boite à gants, couplé à un ventilateur qui envoie l'air chaud vers l'arrière droit par des tuyaux dans le longeron droit.
.
Une autre spécificité des modèles USA : le porte-plaques plus large. Il est aussi articulé pour pouvoir voir la plaque une fois le panneau ouvert, ça évitait d’avoir 2 plaques ce qui est ici impossible.
.
Les roues ont été aussi repeintes. Les enjoliveurs sont beaux mais Claude aimerait bien avoir ceux des ID pour qu’on voie bien les belles roues. Autre détail du hayon.
.
Side-marker avec ampoule, cache-clignotant d’aile et clignotant sous jupe, voilà une américaine à coup sûr. Les cerclages de phares sont en inox en opposition aux européens qui sont en plastoc chromé. En neuf, ces beaux yeux jaunes. Ce n’est pas un cabochon qu’on met sur l’ampoule comme d’origine, ce sont vraiment des ampoules jaunes qui éclairent beaucoup mieux (sealed beam… pour une fois que ce mot sera écrit correctement). C’est interdit au Québec (lumière jaune), mais il y a une certaine tolérance envers les véhicules anciens.
.
Comme répété souvent (et encore une fois… il faut m’excuser, c’est mon premier reportage sur un break) les strapontins sont dans un très bon état vu qu’ils sont la plupart du temps fermés. Remarquez les planchers et le métal sans défaut.
.
Mécanisme du siège arrière.
Une voûte céleste digne d’un palace.
.
Mais qu’est-ce qu’il a ce volant? D’accord il n’est pas d’origine, mais avouons qu’il est plus joli. Les comodos inscrits en anglais : Wype (essuie-glaces). Lights (lumières). Choke (étrangleur). Fasten seat belts (attachez vos ceintures). Et bien sûr, comble de la rareté : BVH! (une des 380 construite). On voit le champignon de frein prouvant le modèle DS même si c’est inscrit ID sur la plaque !
.
Attention, je vous entends d’ici dire : « Mais quelle horreur ces sièges en cuir d’une couleur qui n’existe pas chez Citroën! » Et là je vous arrête aussitôt car ça rejoint le paradoxe des commentaires chez les puristes : Il faut qu’elle soit d’origine le plus possible et en même temps il ne faudrait pas qu’elle passe sa vie dans un garage, les anciennes sont faites pour rouler. Alors avec les sièges d’origine en cuir, s’il a mal été entretenu (c’est probablement la majorité des cas), alors le cuir va craquer. Donc, personnellement, je préfère avoir une entorse à la règle de l’original et avoir des beaux sièges faits par un artisan du coin (rappelons-nous qu’on est au Québec et qu’il y a pas 150 Citroën dans ce vaste territoire), être assis confortablement au lieu d’avoir peur à chaque sortie que les sièges se fendilles et là c’est foutu. Bien sûr les hollandais font des copies, mais à des prix exorbitants. En conclusion : remarquez la qualité du travail !
CW: je suis impressionné par le grain de ce cuir ! Il est très proche du grain d'origine des cuirs de DS berline. Steevie, il y a un sellier au Canada qui fait aussi bien (très proche de l'origine) que le seul que je connaisse en Europe, un italien !
.
L’antenne où il manque le couvercle. Peut-être est-ce de la faute du ciel de toit mais le couvercle ne tient pas.
.
La tirette de la trappe dans la jupe est non fonctionnelle car inutile étant donné que l’auto ne sort pas l’hiver. Même s’il y a un peu de neige dehors ce n’est pas ça « l’hiver québécois »! BVH
CW: Voila LE DÉTAIL qui fait toute la différence !
.
Intérieur de porte avant conducteur avec accoudoir. L’histoire ne dit pas si d’origine il était là.        CW: C'est en série depuis le millésime 70. Intérieur de porte arrière gauche avec sa belle poignée intérieur chromée.
.

CW: Ah, ces américains ! Ils ont quand même des gouts . . . spéciaux !
.
Le bidon de LHM avec ses collants d’origine. Je n’avais jamais remarqué que le régulateur de tension était vert sur les autres…
CW: Steevie, le régulateur est noir, il est sur le cadre support de la batterie, mais de l'autre côté. La petite boite verte est le relais de commande du ventilateur électrique situé entre le ventilateur mécanique du radiateur et le radiateur.
.
Bloc chauffage classique et l’inévitable identification des fils d’aile. Mais dites-donc Claude, vous avez fait dorer le couvercle? « Pas du tout, je l’ai simplement poncé et nettoyé. » Eh ben! Beau résultat.
.
La moquette d’origine.
CW: non, 100% des DS break "confort" avaient une moquette grise.
Une promenade convaincante.
.
Quelques plaques identificatrices
.
Cette ID 21 FH a été repeinte en blanc, sa teinte d'origine était
 "rouge Masséna" AC 423.
.
Merci Claude pour cette belle journée.
Un détail intéressant : elle est à vendre.
Elle est à vous pour 25 000$ canadiens, ou 20 000$ US, ou 17 500 €.
 Alors si vous êtes intéressé, communiquez avec Georges ou directement sur Kijiji.

Voici d’ailleurs l’annonce.