.
ID 21 F "confort" 1972 Blanc meije AC 088/jersey rouge "export Irlande".
.

Citrowagon: " Bonjour Henri, alors comme ça, tu m'a dégotté un authentique break DS Export Irlande ?"
Henri: "Bonjour Georges, oui, ce break appartient à un des membres de notre club Citroen Irlandais , Matthew Leonard de Gorey , dans le sud de l'Irlande que je connais depuis plus de 25 ans .
Nous nous rencontrons régulièrement avec nos DS.  Matthew gère avec son épouse et ses filles une entreprise de transport scolaire , avec de grands hangars ( l’idéal pour stocker ! ). Chez lui, tout le monde est accroc au break. . A une époque il en avait même 3! (des DS break). Je vais te faire enrager , quand je vais te dire qu'il en a vendu une en république Tchèque . C’était un break id19F de 1960 , roulant mais à restaurer complétement. Il parait que le véhicule est maintenant terminé et qu'il se repose tranquillement a Prague !!! Il en a un autre dans son hangar . La base est super saine mais Matthew , par manque de temps ne le restaurera jamais . . .
C'est l'une de ses filles qui a conduit le break au show de Kilkenny , alors que Matthew conduisait la bubble car ( comment on dit en Français ??? ). Je te joins quelques photos du show ."

CW: "OK Henri, moins niveau "BAC -3" ne me permets pas de traduire ce mot, si quelqu'un peut nous renseigner, merci. Et ce break, tu peux m'en parler ? "
.

Henri: "Bien-sûr. Il fut acheté neuf en 1972 par un entrepreneur de travaux agricoles , Seamus Kelly de Boris dans les sud de l’Irlande. Le break fut utilisé pour le transport des pièces , et pas très bien entretenu ( c’était l’Irlande d'il y a 40 ans ). A un moment le véhicule fut accidenté et mis de coté. L'entrepreneur agricole se tourna alors vers d'autres véhicules de service et laissa notre break se reposer sur le coté de l'atelier . Un individu du nom de Terence réussit à acheter le break et décida de s'attaquer à la restauration avec les moyens du bord ( nous sommes en 1990 ). Hélas sa femme , souffrante depuis de nombreuses années, décède . Il décide d'abandonner le projet et de mettre en vente le break . Un collègue de Travail , de Matthew Leonard ( ils sont à l’époque  mécaniciens tous les deux dans une entreprise de transport ), lui fait acheter le véhicule pour une bouchée de pain ! Et voila Matthew qui s'attaque à la restauration , ou plutôt une remise en forme . Car le véhicule est très très  fatigué . Matthew n'en revient pas !!! Plus il répare , plus il soude et plus il trouve des travaux à faire ! Le châssis était très abimé ( climat irlandais très humide , une DS ne doit pas coucher dehors ) . Enfin , 3 ans + tard les travaux de soudures sont terminés . Matthew s'attaque à la mécanique , et constate que le moteur est bloqué , et que la meilleure solution c'est de remplacer le moteur . Il en a un sous le coude avec la boite , récupéré sur une épave qui roulait encore bien , et qui a été stockée au sec . L’échange de moteur est effectué en quelques heures . Avec une nouvelle couche de peinture ,  le break revit !!! Les essais routiers se succèdent , et Matthew s’aperçoit que la boite est a 5 rapports !!!!!!! Au fil des années , Matthew  changera quelques pièces , refera une peinture , et continuera à rouler jusqu'au jour d’aujourd’hui . Le véhicule que tu vois sur les photos est dans son jus , avec toutes les imperfections habituelles !!!! Mais c'est un pur vrai break Irlandais , pas un véhicule anglais importé !! Par contre Matthew soigne la mécanique . Il roule tous les jours , et le break peut partir toutes distances ."
CW: "Merci Henri pour toutes ces précisions, et faisons le tour de la bête qui est la première "export Irlande" présentée sur ce site ! 
.


Lorsque l'on ouvre les portes de cette ID 21 F 1972, nous découvrons de panneaux de porte en finition "confort", en jersey rouge. Les poignées et autres manivelles sont en zamak chromé, c'est tout à fait conforme, les DS break d'exportation recevaient cette finition, à la différence des modèles français qui recevaient encore des modèles en plastique gris. En revanche, les bacs "vide-poches" ne sont pas d'origine, ils devraient être noir.
.
Le tableau de bord est en "miroir" par rapport au modèle continental, le volant est à droite. Il ne diffère en rien avec la version anglaise. Le compteur est gradué jusqu'à 120 miles, le levier de commande des vitesses est à gauche. Un détail spécifique pour ces modèles à conduite à droite, la commande du frein de parking est à levier, jusqu'au millésime 75 ! Autre détail important concernant les ID "berline" à conduite à droite "Dspécial, Dsuper, Dsuper 5", la commande de frein est un champignon ! ! ! Comme sur les DS ! Sauf que ce fameux champignon commande . . . un doseur ! Logique, ce sont des ID.
.


Les sièges avant sont séparés, le tissu est en jersey rouge, les passe-poils sont en skaï bordeaux, nous sommes en présence d'une finition "confort". Ces sièges sont identiques aux modèles français. Souvent, les modèles "export" bénéficiaient d'appui-têtes en série, ce n'est pas le cas pour le modèle "Irlande". Je ne sais pas si les ceintures de sécurité arrière sont d'origine ou ajoutés par la suite.
.



Les strapontins dans le coffre sont aussi en jersey rouge. Notez la plaque minéralogique rouge, est ce une immatriculation "véhicule de collection" ? Il n'y a qu'une seule plaque, est ce normal ? Henri, help ! Voici un détail non conforme. Au millésime 72, les DS break (hors USA et Canada) reçoivent des feux de recul de couleur "ambrée". Il doit donc avoir un feu orange, ambré et rouge.
.

.
Au premier coup d’œil, on s'aperçoit que cette voiture a été repeinte, il manque le petit "chat noir" sur les ailes arrière. Les enjoliveurs de roue de type DS sont conformes aux DS break "export Irlande".
.
Bravo Henri pour cette trouvaille irlandaise, bonne route.