La première ID 20 F "vert muscinée" est une très rare export Italie en finition "luxe".
.
Elle possède des enjoliveurs de roue de type "DS", conforme en version "export". En revanche, les baguettes "pallas" ne sont pas conformes. Chez Citroën, au rayon "accessoires", les DS break n'ont jamais eu de baguettes "pallas", contrairement au berlines "confort" et autres ID qui pouvaient en bénéficier. Cependant, de nombreux accessoiristes en proposaient pour le break.
.
Le support de plaque minéralogique arrière des export Italie est d'une certaine laideur. Il est vrai qu'il était difficile à l'époque d'adapter un support pour des plaques plus grandes que sur les modèles français. Le pare-chocs arrière a été découpé pour laisser la place à un attelage de DS berline, dommage! Les feux de recul et de brouillard ne sont pas d'origine. Le logo "DS 20" ne correspond pas au millésime 70 (apparition au millésime 73).
.
Banquette avant en "targa fauve", l'arrière du dossier garni de targa, panneaux de porte à petits rectangles et accoudoirs rectangles,pas de doutes: nous somme en présence d'un break en finition "luxe". Les enjoliveurs de longerons en inox ne sont bien-sûr pas d'origine.
 
Et voici une autre très rare DS break vert muscinée, française celle-là.
.
Sa banquette avant est recouverte d'un "simili grené vert", l'arrière du dossier est une solide tôle peinte en gris rosé AC 136, c'est une très rare version "commerciale"! Les enjoliveurs de roues ne sont pas d'origine, ce sont des type "pallas". Le "gris-gris" sur le capot est une "flèche de capot". Cette horreur a été très à la mode pendant un certain temps, faisant la fortune des divers accessoiristes qui en vendait.
.
J'avais demandé à son heureux propriétaire des photos détaillées de son rarissime break, hélas il n'en a pas eu le temps. Cette DS a été vandalisée cette année (2012). Je ne sais pas le sort actuel réservé à cette voiture.