Restauration de la coque 2010/2021
.
En 12 ans il s'est passé énormément de choses. Je ne me souviens pas précisément de toutes les étapes de la restauration du châssis de la 72. Il y a eu des bonnes choses, des mauvaises, des décès, des naissances, pendant plusieurs mois je ne touchais pas à la coque, et puis de courtes périodes d’accalmie m'ont permis de travailler dessus. Les différents confinements ont boostés le travail. Pour mon plus grand malheur j'ai "crashé"  mon ordi, un bon paquet de photos a disparu. j'en ai retrouvé des copies à droite à gauche, dans différents formats. Cet article est fait de bricks et de brocs avec les restes de mes souvenirs. Ce sera la liaison entre le démontage complet de cette ID 21 FH et l'aspect final de sa coque, prête à recevoir sa nouvelle mécanique.
.


Parmis les photos rescapées, il y a ces 3. Suite à la destruction prématurées de mes petites roulettes chinoises, le club m'offre ces roulettes de qualité, merci Didier D. La coque du break sera de nouveau dessus.
Je ne sais pas de quand date cette photo, j'avais déjà coupé pas mal de morceaux sur cette coque.



Voici quelques unes des DS qui ont donné des morceaux à l'ID 21 FH. Elles commencent à dater, ces épaves n'existent plus au club maintenant !
.

J'avais acheté des tôles extérieures de brancard chez Blondeau. J'ai préféré intégrer des éléments d'origine d'occasion, qui me semblaient plus solide.
Récupération du montant de porte arrière gauche.
A chaque ponçage à blanc, je me souviens que c'était pourri, pourri, pourri. J'en ai enlevé des morceaux ! Jusqu'à la limite de résistance mécanique de ce qui restait de la coque.
.


La tôle de renfort, spécifique sur les DS break, présentait bien, avant ponçage !.. Je me souvient l'avoir dépointé le cœur battant, en espérant que la tôle... derrière était intactes, c'était ok, ouf ! Le montant central était démoli, après l'avoir enlevé, j'ai essayé de positionner le montant de remplacement, c'était OK. J'ai ensuite continué à dépointer les tôles de longeron.
.


Une grosse partie du brancard a été remplacé. Ici se trouve le point d'ancrage supérieur des ceintures arrière. Je prends les cote avant le dépointage. Ce point d'ancrage, spécifique aux modèles USA et canadiens, doit être ressoudé au bon endroit. La tôle de renfort, au niveau des pieds du conducteur doit être dépointée pour travailler sur la tôle en dessous.
.
J'ai décidé de garder un maximum de pièces d'origine, j'évite les refabrications merdiques. J'ai fait un test de zingage-bichromatage en France, j'ai été déçu ! Le rendu ne correspond pas à l'origine, c'est trop blanc ! Christian, le correspondant de Citrowagon en Suède, me propose de les zinguer, et ce sera jaune. OK, pendant plusieurs jours, je nettoie 23 kg de pièces, qui ont été ensuite envoyées en Suède. Lorsque Christian est venu me voir en France, il m'a remis toutes ces pièces, elles étaient magnifiques ! J'ai de quoi restaurer au moins 2 DS avec ! D'un autre côté, j'essaye d'acheter un maximum de pièces d'origine. Même si la pièce correspondante est bonne, je la change systématiquement par une neuve d'origine Citroën. On n'a qu'une vie, ce n'est pas la peine de garder tout cela, si c'est pour se dire qu'un jour ça servira !
.
Je n'ai plus de photos de cette période, mais il s'est passé 2 évènements majeurs qui vont impacter la suite de cette restauration. J'ai eu un problème de santé, et surtout, j'ai un ami qui a "pété les plombs", il a fait une croix sur sa vie d'alors et a décidé de partir et de tout vendre. Je lui ai acheté son hangar ! Un hangar, le rêve de tout collectionneur, restaurateur d'ancienne ! J'étais l'homme le plus heureux du monde, c'était en janvier 2015. La DS a été mise de côté un bon bout de temps. J'ai aménagé et équipé le hangar. Entretemps, mes petits enfants faisaient leur apparition sur terre. Une nouvelle vie commençait, avec la priorité absolue à la famille, la DS peut attendre. Puis est venu cet évènement qui nous a tous impacté, la COVID. Évidemment, comme tout le monde, je me suis retrouvé coincé chez moi lors du premier confinement. Je n'ai pas perdu mon temps, avec une attestation, je suis allé faire mes courses, avec le pain et le café, j'ai ramené 2 moteurs/boites, avec la ferme intention d'en refaire un tout beau, tout neuf. L'histoire, vous la connaissez, elle est écrite là. Pour le deuxième confinement, j'ai décidé de le faire au hangar, avec la ferme intention de terminer cette coque.
.
Nous sommes en 2021. J'attaque la dernière ligne droite de cette coque. J'ai remis les garnitures arrière dans le coffre, le train arrière. J'ai installé une tige filetée avec 2 anneaux pour pouvoir la mettre de côté. Une peinture des dessous s'impose avant de terminer l'avant.
.
La DS a été mise sur un côté, puis sur l'autre. Le gris n'est pas d'origine, il devrait être plus clair. Je l'ai préféré au noir ou anti-gravillonage classique.
.
Bien que cette DS soit particulièrement pourrie à l'origine, l'avant est en bon état . . . comme 100% de DS ! Durant de nombreuses années, l'avant de ces DS ont baignées dans l'huile, la graisse. Comme 100% des DS, les points d'ancrage des demi-trains avant sont fissurés au niveau des soudures. J'en profite pour les poncer et refaire les soudures.
.
La traverse avant, recevant la barre stabilisatrice, baigne dans des kilos de graisse d'huile de poussière ! Il faut des heures à nettoyer jusqu'au fond des choses.
.
Avant de la remettre définitivement à plat, j'installe un bon filtre à essence dans le longeron. Ensuite je dédouble le circuit d'essence avec une pompe à essence électrique basse pression. C'est l'idéal pour remplir la cuve du carbu après un garage prolongé. Je le branche sur le + qui alimente le dégivrage arrière. 100 % des DS ont un dégivrage qui ne fonctionne plus. En mettant la pompe sur ce circuit, on entend la pompe lorsqu'on allume le dégivrage, et en plus on a un voyant qui s'allume, c'est très pratique !
.
Dernières pièces à changer sur la coque. L'aspect boursoufflé ne m'inspirait pas confiance. Il ne reste plus qu'à repeindre la coque en gris rosé AC 136.
.
En cette fin d'année 2021, la température du hangar est aux alentours du 5°, un peu froid pour peindre la coque ! J'improvise une tente de fortune autour, j'y installe un ventilateur chauffant de chantier et hop ! Il fait un bon 25/30° à l'intérieur. Jean-Philippe passant dans les parages en a profité pour me donner un coup de main pour la peinture, je suis un nul en peinture.
.
J'ai laissé le ventilateur en route tout l'après-midi. Après tout avoir éteint, je quitte le hangar, l'air anxieux, demain devrait être la dernière journée de la restauration de cette coque.
.
Nous sommes le 18 décembre 2021, la coque est enfin terminée ! Depuis 2010 il était temps ! Je suis content du résultat. Prochaine étape le remontage de la plomberie et autres bricoles avant de remettre le moteur/boite dans la voiture.